Dans la série dirigée par David Lefebvre et Marwan Rashed :

 

  • Aristote, Métaphysique Epsilon, par Enrico Berti, Vrin - Bibliothèque des Textes Philosophiques
240 pages - 13,5 × 21,5 cm
ISBN 978-2-7116-2617-5 - juin 2015

LcouvMetaphEpsilon

Le livre Epsilon de la Métaphysique d'Aristote est aussi bref que fondamental pour l'intelligence du projet aristotélicien et l’histoire de la métaphysique.
Ses quatre chapitres examinent des questions apparemment hétérogènes : la différence entre la philosophie première, « philosophie théologique » qui porte aussi sur l’être en tant qu’être, et les deux autres sciences théorétiques, la physique et les mathématiques; l’être par accident, en lui-même et en tant que cause; l’être comme vrai et le non-être comme faux. Aristote circonscrit en fait ainsi l’objet de la science de l’être en tant qu’être. On comprend donc que le livre Epsilon soit l’un de ceux dont l’interprétation reste la plus discutée. Ses difficultés stylistiques et doctrinales ont conduit plus d’un interprète à douter de son authenticité. De l’antiquité à l’époque contemporaine, son premier chapitre a connu une fortune seulement comparable à celle du livre Lambda. C’est l’unité de la Métaphysique et l’objet de cette science qui s’y jouent.

Ce livre est présenté ici dans une traduction nouvelle, accompagnée d’une introduction et d’un commentaire continu. L’introduction expose les positions philosophiques caractéristiques du livre Epsilon et ses articulations chapitre par chapitre; elle étudie la place d’Epsilon dans la Métaphysique et ses rapports avec les livres Kappa et Thèta; elle prend en compte sa réception médiévale, moderne et contemporaine. Le commentaire restitue les lignes de force de l’argumentation aristotélicienne, analyse en détail ses difficultés à la lumière des commentaires anciens et modernes, propose des solutions, oriente à chaque pas dans la bibliographie, donne les moyens de revenir à même le texte aux sources de la métaphysique.

Introduit, traduit et commenté par Enrico Berti, professeur émérite à l’Université de Padoue

 

 

 

  • Aristote, Métaphysique Eta, par Pierre-Marie Morel, Vrin, Bibliothèque des Textes Philosophiques


240 pages - 13,5 × 21,5 cm
ISBN 978-2-7116-2648-9 - septembre 2015

couvMetaphyEta
 
 
 
À la question centrale de la philosophie première, « qu’est-ce que l’être? », le Huitième livre de la Métaphysique d’Aristote (le livre Èta) ne se contente pas de répondre que l’être au sens premier est la substance, l’ousia. Il s’interroge également sur ce qui fait l’unité des composés de matière et de forme, et en premier lieu des composés substantiels. Il porte par conséquent une attention particulière à l’unité de la substance comme forme et à celle de la définition qui l’exprime, mais aussi à la matière, entendue comme substance en puissance. Aristote opère ainsi un tournant décisif au coeur de sa propre ontologie, en formulant la question de l’unité des substances composées, de la matière et de la forme, en termes de puissance et d’acte.
 
La présente traduction, inédite, et le commentaire qui l’accompagne donnent accès à un texte essentiel pour la compréhension du projet métaphysique d’Aristote.

 


Introduit, traduit et commenté par Pierre-Marie Morel, professeur à l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne.

 

 

 

 

  • Aristote, Métaphysique Delta, par Richard Bodéüs et Annick Stevens, Vrin, Bibliothèque des Textes Philosophiques


240 pages - 13,5 × 21,5 cm
ISBN 978-2-7116-2496-6 - septembre 2014

Couv Aristote Metaphysique Delta
 
 
On s’est beaucoup interrogé sur le cinquième livre de la Métaphysique, qui se présente sous la forme de trente notices consacrées à l’étude des différentes significations ou usages de certains termes, dont les raisons du choix n’apparaissent pas d’emblée. Le présent travail met en évidence la manière dont le livre s’intègre à l’enquête proprement métaphysique d’Aristote, par l’analyse de ces termes de toute première importance philosophique, trop généraux pour être étudiés par une science particulière, mais indispensables à la connaissance de n’importe quel domaine de l’être.
 
Une traduction inédite, qui dégage la structure du texte, un commentaire approfondi et une synthèse originale des significations distinguées permettent une approche nouvelle de ce document célèbre.
 
Les auteurs espèrent ainsi à la fois faciliter la lecture et la compréhension du texte, et fournir en outre aux spécialistes de nombreuses suggestions d’interprétation de passages controversés ou obscurs.

 

Introduit, traduit et commenté par Richard Bodéüs, professeur à l’Université de Montréal et Annick Stevens, ancienne professeure à l’Université de Liège.