Solntseva Irina

Titre de la thèse : " Platon et l’histoire : étude d’une stratégie rhétorique "

Direction : Laks André

Inscription : 2010


Résumé du projet de thèse

L'ensemble relativement restreint d'ouvrages consacrés à la question de l'histoire chez Platon se répartit essentiellement en deux groupes. L'une des approches consiste à rechercher une unité sous-jacente des textes platoniciens sur l'histoire en supposant qu'il existe pour Platon un certain nombre de principes qui la gouverne, c'est-à-dire que Platon a une philosophie de l'histoire. L'histoire pour Platon s'inscrirait dans une démarche globale qui inclut l'éthique, la politique et la cosmologie, les trois objets de ces domaines - l'individu, la cité et l'univers - ayant tous la même structure et étant tous gérés par les mêmes lois. Le principal défaut de cette approche, devenue majoritaire depuis les travaux de K. Gaiser sur la doctrine platonicienne non-écrite, est de remplacer l'analyse des textes de nature très différente par une construction théorique globale. On pourrait y opposer l'idée de l'utilisation de l'histoire. Vue de cette perspective, l'histoire serait une sorte de logos parmi d'autres - mais avec cet "effet de vrai" qui permettrait à Platon de soutenir une certaine thèse politique, sociologique ou éthique. En effet, le récit historique peut avoir une fonction paradigmatique, ayant comme objectif final la démonstration de l'idéal politique, ce qui est caractéristique non seulement pour Platon, mais aussi pour la culture grecque en général. C'est la réaction de Platon, en tant que philosophe, à la tradition de récit historique que nous chercherons à remettre en valeur dans notre étude.