Enseignements en licence durant l'année 2016-17

  •  Licence 2. Histoire de la philosophie

Du bonheur de penser. Questions de noétique, cosmologie et métaphysique dans le néoplatonisme antique 

Cours sur les théories noétiques de Platon et d’Aristote qui se croisent et se renouvellent chez quelques auteurs de l’Antiquité tardive. Après une analyse de certains passages de la fin du Timée et des chap. 7 et 9 du livre Lambda de la Métaphysique, seront présentés plusieurs textes et analysés quelques fragments du De opificio mundi de Philon d’Alexandrie, des Traités 5 et 7 de Plotin et des Sentences de Porphyre, en évoquant aussi, au passage, Alcinoos, Atticus, Numénius et Marius Victorinus.

Semestre 1, jeudi 17h-19h, Université Panthéon Sorbonne centre Pierre Mendès France

 


Enseignements en licence durant l'année 2014-2015

 

  • Licences 1 et 2. Histoire de la philosophie antique. Option d'approfondissement. David Lefebvre

Philosophie et Rhétorique dans l’Antiquité

Le cours a pour objet à la fois le traitement philosophique de la rhétorique chez Platon et Aristote et la réalité de la pratique et de la théorie rhétoriques dans l’Antiquité grecque. Il portera donc, d’un côté, sur le phénomène rhétorique : qu’est-ce qu’un « rhéteur » ? Qu’est-ce qui le distingue du sophiste et du philosophe ? Ces distinctions sont-elles toujours très étanches ? Il prendra pour exemple le cas de Gorgias et de son discours l’Éloge d’Hélène, en montrant la liaison chez lui entre des préoccupations d’ordre rhétorique et en quelque façon philosophique. Et l’on s’intéressera aussi, d’un autre coté, à la manière dont les philosophes antiques ont cherché tout à la fois à critiquer la rhétorique (pratique de la flatterie oratoire centrée sur le plaisir) et à l’articuler, sous certaines conditions, à la philosophie. L’enjeu de la dispute, entre rhétorique et philosophie, n’est pas seulement le pouvoir politique, mais aussi l’action sur les âmes. A côté du CM, qui abordera ces questions de manière générale, le TD les situera de manière concrète et précise au moyen d’un exemplier de textes distribué au début du semestre.

 Bibliographie 

Les Présocratiques, Édition établie par J.-P. Dumont avec la collaboration de D. Delattre et J.-L. Poirier, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1988.

Platon, Gorgias, Traduction inédite, de M. Canto-Sperber, Paris, GF-Flammarion, 2007 (1987) ; Phèdre, Traduction inédite de Luc Brisson, Paris, GF-Flammarion, 2004 (1989).

Aristote, Rhétorique, Texte établi et traduit par M. Dufour et A. Wartelle (pour le livre III), Paris, Les Belles Lettres, 1931, 1938 et 1973.

Barthes, R., « L'ancienne rhétorique », in Communications, 16, 1970, Recherches rhétoriques, p. 172-223.

Desbordes, F., La Rhétorique Antique, L’Art de persuader, Paris, Hachette Supérieur, 1996.

Hadot, P., « Philosophie, dialectique, rhétorique dans l’Antiquité », Études de philosophie ancienne, Paris, Les Belles Lettres, 1998, p. 159-193.

Pernot, L., La Rhétorique dans l’Antiquité, Paris, Le Livre de Poche, 2000.

Wardy, R., « Rhétorique », dans Brunschwig, J., Lloyd, G. & Pellegrin P., Le Savoir grec, Dictionnaire critique, Nouvelle édition, Paris, Flammarion, 2011, p. 508-536.

Semestre 1, mardi 17h00-19h00, Université Paris-Sorbonne, site Clignancourt, salle 419

 


 

  • Licence 1, CM Histoire de la philosophie antique ( L2PH002), Suzanne Husson

Langage et parole chez Platon

 Face aux pratiques sophistiques qui tendaient à autonomiser le langage dans son rapport au réel, Platon dut relever le défi de montrer que celui-ci pouvait être porteur de vérité. Mais comment concevoir la réalité, de telle sorte que le logos nous en donne une connaissance ? Et inversement, comment expliquer que celui-ci puisse aussi être faux ? Par ailleurs, quel est le pouvoir de la parole ? Si  l’exercice dialectique de la parole peut faire accéder l’âme au vrai, d’autres usages de cette dernière permettent d’influer sur ses désirs inférieurs, de la persuader ou de l’orienter vers le beau (poésie). La rhétorique devient également un outil primordial pour l’action politique, mais, si celle-ci renonce à la connaissance et, dans une certaine mesure au vrai (le noble mensonge), quelles règles doit-elle suivre pour servir la justice ?

En résumé, si le langage accompagne la pensée dans sa quête de la réalité intelligible, il est aussi le vecteur de toutes les dimensions de l’action humaine.

Bibliographie

Platon : Cratyle, Euthydème, Phèdre, Gorgias, République, Ion, Sophiste

 Semestre 2, lundi 16h30-18h00, Univ. Paris-Sorbonne, Clignancourt


  • Licence 3, CM, Histoire de la philosophie antique (L5PH002A), Suzanne Husson

La question de la démocratie dans l’Antiquité

Si la démocratie directe antique (et en particulier athénienne) que les philosophes avaient en vue à l’époque classique et hellénistique est, à beaucoup d’égards différente de ce que la modernité entend par démocratie, les débats virulents de l’époque, soit pour la défendre, soit pour la condamner restent pertinents lorsqu’il s’agit d’interroger ou de fonder notre idéal démocratique. Il s’agira donc dans un premier temps de restituer les enjeux de la polémique qui opposèrent les sophistes, Socrate et ses élèves à propos de la légitimité du peuple à gouverner : si la philosophie promeut la connaissance et la sagesse – à laquelle seule une élite parvient – comme principaux critères d’excellence, comment accorder la souveraineté à la foule qui, à première vue, n’y accède pas ? Et quels peuvent être les fondements de la légitimité démocratique à une période de l’histoire où l’idée de droits fondamentaux de l’homme est pratiquement absente. Mais, il sera possible par ailleurs, d’étudier la réflexion des anciens sur des institutions qui, pour nous, sont la marque de la démocratie, comme les élections : sont-elles d’esprit démocratique ou aristocratique, comment les suffrages doivent-ils être organisés (extension du corps électoral, caractère obligatoire ou non, secret ou public), et en fonction de quels résultats escomptés ?

Bibliographie

Textes

Platon, La République, Les Lois, Le politique, Le Protagoras

Aristote, La politique

Cicéron, La République, Les lois

Littérature secondaire

Finley, M. I. -Vidal-Naquet, P., Démocratie antique et démocratie moderne, Paris, Payot, 2003

Romilly, J. de, Problèmes de la démocratie grecque, Paris, Hermann, 1975 (Collection Savoir)

Semestre 1, mardi 9h00-10h30, Université Paris-Sorbonne, site Sorbonne, salle J 326

 


  • Licence 3, lecture de textes en langue étrangère - grec - (L5PH004U), Suzanne Husson

Les présocratiques et la naissance du monde

 

Un parcours à travers les fragments de présocratiques permettra de comprendre comment s’est constitué l’idée d’un univers physique formant un tout unifié régi par un certain ordre, autrement dit la compréhension de la réalité empirique comme monde (kosmos). Les textes grecs seront distribués au fur et à mesure des séances. Le cours ne s’adresse pas aux hellénistes débutants mais demande d’avoir auparavant étudié le grec pendant au moins un an. Un test d’autoévaluation sera proposé lors de la première séance.

 

Bibliographie

 

Kirk, G. S. ; J. E. Raven ; M. Schofield, Les philosophes présocratiques: une histoire critique avec un choix de textes (Vestigia 16), Fribourg/ Paris, Éd. universitaires Fribourg/Éd. du Cerf, 1995

 

Diels, H., Die Fragmente der Vorsokratiker: Griechisch und Deutsch, 2te Aufl., Berlin, Wiedmannsche Buchhandlung, 1906

Dumont, J.-P. ; D. Delattre ; J.-L. Poirier, Les Présocratiques (Bibliothèque de la Pléiade 345) Paris, Gallimard, 1988

 

Semestre 1, mardi 12h00-14h00, Université Paris-Sorbonne, salle G 063


  • Licence 1. Philosophe ancienne. TD.  Jean-Louis Labarrière, Juliette Lemaire

L'amitié

Ce cours a pour objectif d’introduire à la philosophie ancienne par l’étude d’une notion qui se trouve être révélatrice du monde dans lequel évoluent les philosophes de l’Antiquité : l’amitié. Loin de se réduire à une simple relation intersubjective et à une affinité particulière, comme nous l’entendons à présent, cette notion joue, dans la pensée antique, un rôle de première importance : rôle cosmique, pédagogique, social et politique.

Le cours magistral, assuré par Christelle Veillard, sera l’occasion de présenter de manière synthétique les différents aspects et enjeux de la notion d’amitié, tels qu’ils sont mis en œuvre chez les penseurs antiques, des présocratiques à Sénèque. Nous verrons en particulier en quoi l’amitié se distingue, dans sa définition comme dans ses fonctions, de l’amour. Nous interrogerons également le fondement et l’origine de l’amitié en affrontant la question suivante : l’amitié n’est-elle que le masque de l’amour de soi ?

Le TD a vocation à revenir sur le corpus travaillé dans le CM, en reprenant de manière précise et détaillée certains textes et certaines œuvres.

Œuvres au programme

Platon, Lysis, trad. Dorion, GF Flammarion, 2004 ; Le Banquet, trad. Brisson, GF Flammarion 1998 ; Phèdre, trad. Brisson, GF Flammarion, 1992

Aristote, Éthique à Nicomaque, livres VIII et IX, trad. Tricot, Vrin, 1967.

Cicéron, L’amitié, trad. Combès, Belles Lettres, classiques en poche, 2002.

Épicure, Lettre à Ménécée, trad. Morel, GF Flammarion 2009.

 Sénèque, Lettres à Lucilius, lettre IX, trad. Jourdan-Gueyer, GF Flammarion, 1992.

Semestre 1, Université Paris Ouest Nanterre.

J. Lemaire : mardi 8h20-10h20, salle L206 ; 13h00-15h00, salle L212.

J.-L. Labarrière : mercredi : 8h20-10h20, salle L206 ; 10h30-12h30, salle L212.

 


   

Actualités  

   

Rechercher sur ce site